Mobilité et transport

Desserte idéale de l’hôpital prévu (visualisation sur la base de l’étude de faisabilité, mai 2020)

Desserte

L’emplacement des Marais-de-Brügg est actuellement déjà bien desservi. Toutefois, l’exploitation de l’hôpital et les utilisations prévues impliquent des optimisations de tous les modes de transport, des transports publics au trafic individuel motorisé, en passant par la circulation piétonne et cycliste. Un horaire plus dense est prévu pour les transports publics et de nouveaux chemins et ponts seront créés pour la circulation des piétons et cyclistes. En ce qui concerne le trafic individuel motorisé, des mesures incitatives telles que les contingents de trajets et la gestion des parkings seront mis en œuvre. Le contingent actuel de trajets du Centre hospitalier Bienne sera repris pour le moment (CHB-Beaumont) et sera volontairement limité à 2’800 trajets pour le personnel, les clients et les clientes ainsi que les visiteurs et visiteuses (au lieu de 3’600 trajets).


Des ponts pour la circulation piétonne et cycliste par-dessus l’autoroute A6 et le canal de Nidau-Büren sont des éléments importants pour la desserte du nouvel hôpital.

Transports publics

Le périmètre du nouvel hôpital présente actuellement un niveau de qualité de desserte moyen des transports publics (classe C). En vue de l’établissement de l’hôpital, il s’agira impérativement d’améliorer les liaisons des transports publics (densification des cadences). L’ensemble des Marais-de-Brügg en profitera.


Trafic individuel motorisé

Grâce à la proximité de l’A5 et de l’A6, le nouvel hôpital sera idéalement relié à l’autoroute – un facteur essentiel pour l’exploitation d’un hôpital central et de soins aigus.

  • Le trafic individuel motorisé est dirigé vers le réseau routier de rang supérieur par le raccordement existant (jonction de Brügg).
  • La prestation d’une partie des soins ambulatoires au Centre de santé Medin à la gare de Bienne (y compris la clinique Walk-in) laisse présager un nombre de trajets tendanciel plus faible qu’aujourd’hui.
  • Avec un concept de mobilité, l’hôpital poursuivra la stratégie de limiter le trafic individuel motorisé à un niveau minimal par le biais mesures incitatives telles que la gestion des parkings, les transports publics et la promotion de la circulation piétonne et cycliste.

Circulation piétonne et cycliste

Le réseau de chemins piétonniers et cyclables de la région présente actuellement encore des lacunes – par exemple, au niveau du pont routier de l’autoroute A6. Grâce au développement du site, ces lacunes seront comblées. L’hôpital sera parfaitement accessible par de nouveaux chemins et de nouveaux ponts pour la circulation piétonne et cycliste.


Stationner

Voitures de tourisme

Cinq cents à 600 places de stationnement souterraines sont prévues au Centre hospitalier; dans le parc de sports – avec des infrastructures pour de nombreuses disciplines – sur le site de l’ancien parking de l’EXPO environ 10 en surface et 50 à 100 souterraines. En fonction de l’heure et du jour de la semaine, par une utilisation commune réciproque des places, une éventuelle réduction du nombre de places de stationnement est envisageable. Aucun parking n’est prévu dans le «Erlenpark». Les parkings extérieurs de l’actuelle complexe polyvalent sont supprimés.

Vélos, vélomoteurs et motos

On peut compter avec un besoin de 400 à 600 places de stationnement pour vélos auprès du Centre hospitalier; la moitié seront couvertes. La plupart des 60 à 80 places de stationnement pour motos sont prévues dans le parking, le reste en surface devant l’entrée principale pour les visiteurs et visiteuses. Dans la zone sportive, 100 places de stationnement pour vélos en surface et une quarantaine de places de stationnement pour motos sont prévues. Dans le «Erlenpark», 6 à 8 installations avec chacune 8 à 10 places de stationnement pour vélos seront construites; les motos ne sont pas autorisées dans le parc.